le grimoire d'ana-isis

le grimoire d'ana-isis
Identifiez-vous
Pseudo :
Mot de Passe :
S'inscrire
mot de passe oublié ?
Lieux étranges et magiques

En construction


Lieux magiques où règne le mystère :


Les Anciens considéraient que certains lieux étaient plus riches en pouvoirs que d’autres.
Les pouvoirs magiques étaient pensés comme localisés : ce qui implique qu' il existe une conscience d’un trouble et d’un manque de limites claires de la magie, au point de rattacher à des Lieux réels des légendes pour en expliciter les origines et les fondements. Ce sont ces lieux qui Conditionnent l’action magique ainsi que son efficacité .



 
La forêt de Brocéliande


Le Val sans retour :



Situé près de Tréhorenteuc, à l'ouest de Paimpont, le Val sans retour est une vallée encaissée aux paysages contrastés, creusée dans le schiste rouge, (c'est le minerai de fer qui donne au schiste sa couleur rouge ; ce même minerai qui fausse les boussoles des randonneurs).

Selon la légende, Morgane la fée, demi-sœur du roi Arthur, trahie par son amant, décida de retenir prisonniers dans ce val les chevaliers infidèles. Seul le Lancelot, fidèle à la reine Guenièvre, parvint à rompre l'enchantement, échappant au sortilège et alla délivrer les chevaliers.


Le Miroir aux fées:



C'est au fond de ce Val que le miroir aux fées, lac aux eaux lisses, sans une ride, dans lequel les fées lisaient l'avenir en y jetant un grain de blé. On l'avait appelé ainsi car la forêt qui l'entourait était tellement dense que le vent n'y passait pas, rendant la surface de l'eau tout à fait immobile.
L'atmosphère étrange dans lequel baigne le Val sans Retour est une des impressions les plus sereines et les plus fortes qu'il me fut donné d'éprouver.

Château de Trécesson :



Derrière l'imposante façade de cette altière demeure logent plusieurs fantômes. On dit que le parfum des dames de jadis en imprègne encore les murs et peut être fatal aux amoureuses chastes qui s'y aventurent imprudemment. C'est l'un des plus beaux manoirs de Brocéliande. Environné des cr&ecrc;tes rocheuses de Coëtquidan, des buttes des Tiot et des landes de Saint-Jean, le château de Trécesson reflète dans l'eau de ses douves profondes ses hauts murs de schiste pourpre, ses tourelles en encorbellement reliées par une galerie à màchicoulis et sa porte en plein cintre, souvenir d'un ancien pont-levis.
Les parties les plus anciennes de l'actuel château datent du XVe siècle. Mais les archives attestent que ce lieu fut, dès le VIIIe siècle, la demeure des seigneurs de Ploërmel et Campénéac.

La Dame Blanche de Trécesson:



Deux gentilshommes, mécontents de la mésalliance d'une jeune femme de leur famille qui allait se marier, vinrent ici en pleine nuit, et après avoir creusé un trou au pied d'un chêne, enterrèrent tout habillée la malheureuse qui se débattait.
Témoin de la scène, un braconnier craignant pour sa vie s'il était découvert, attendit le lever du soleil pour aller déterrer la jeune victime qui vivait encore. Mais la pauvre expira peu après entre ses bras.

Le seigneur de Trécesson, très affecté par cette histoire, fit enterrer religieusement la dépouille sans que celle-ci puisse être identifiée. Jusqu'en 1789, la couronne et le voile nuptial de l'inconnue demeurèrent sur l'autel de la chapelle du château. Les jeunes filles venaient les toucher après la messe espérant que la Dame Blanche leur apparaisse pour leur désigner un bon époux.

Le chêne de Guillotin:


La forêt de Brocéliande renferme de très beaux et très vieux arbres. Le plus célèbre d'entre eux est un vieux chêne âgé d'environ 1000 ans et faisant plus de 9 mètres de circonférence : le chêne de Guillotin. Il est situé entre Concoret et Tréhorenteuc. Selon la légende, Pierre-Paul Guillotin, un prêtre réfractaire (1750-1814) se réfugia pendant la Révolution française à l'intérieur de cet arbre creux. Il continua son ministère, administrant sacrements et bénédictions dans la région, rédigeant un précieux journal des événements révolutionnaires.

Le tombeau de Merlin :



Le tombeau de Merlin et la Fontaine de Jouvence. Selon une légende, après l'avoir séduit Viviane endormit Merlin avant de le ravir dans une nuée. Puis elle l'emmura vif dans un tombeau. L'ayant allongé dans une fosse, la fée rabattit sur lui deux énormes pierres.

Dynamité par le propriétaire des lieux en 1892 qui croyait trouvé de l'or en dessous, il ne reste aujourd'hui plus rien du majestueux tombeau d'alors. Le tombeau de Merlin est donc une déception mais n'empêche pas les supersticieux d'y laisser des mots ou des prières en tout genre, voire même des... chèques en échange d'une faveur. Je suis curieux de savoir si Merlin possède un compte. Mais je laisse l'imaginaire prendre sa place et chacun est libre de s'exprimer. Je déplore seulement qu'en plus de deux pierres piteusement appuyées sur un vieux houx, des tas de petits bouts de papiers font ressembler l'endroit plus à une poubelle qu'à un tombeau...

Près du Tombeau de Merlin se dresse un autre arbre très ancien appelé "chêne des Hindres", mesurant environ 5 mètres de circonférence.




La Fontaine de Barenton :



La fontaine de Barenton est un lieu à la fois pittoresque et modeste de Brocéliande. Située à l'ouest de la forêt, près du hameau de "Folle pensée", elle était jadis assez difficile d'accès. Décrite dès le douzième siècle par le poète normand Robert Wace, elle a perdu beaucoup de son mystère. Mais c'est ici qu'une tradition situe la première rencontre entre Viviane et Merlin.
La légende affirme qu'un jour que Merlin cheminait sous les ramures de Brocéliande, il rencontra Viviane près de la fontaine de Baranton ; il la salua bien bas, et comme la jeune fille se mit à le questionner, il se rendit compte qu'il avait affaire à une fée. En effet, en ce temps-là une jeune fille sage ne se serait pas permis d'adresser la parole à un jeune homme, sans y avoir été invitée !

- Belle demoiselle, je suis un écolier, dit-il, qui va retrouver son maître.

- Et que vous a-t-il enseigné, votre maître ?

- Oh ! bien des choses, demoiselle.

- Mais, encore ? Que savez-vous faire ?

- Je pourrais bâtir, ici, devant vous, un château et le peupler de tant de chevaliers, que celui qui voudrait l'assiéger ne viendrait jamais à bout de le prendre. Je pourrais encore, par exemple, faire couler une rivière là où jamais goutte d'eau ne coula, et même je traverserais l'onde à pied sec, sans enfoncer ni me mouiller les chausses.
- Certes, dit la demoiselle, vous me semblez bien savant, et je donnerais beaucoup pour en savoir faire autant.

- Ce ne sont là que jeux d'enfant, fit Merlin ; j'en sais bien d'autres pour divertir rois, gentes dames et hauts barons.

Comme Viviane parut s'étonner d'un tel pouvoir, Merlin s'éloigna de quelques pas et traça sur la bruyère un cercle du bout de son bâton.

Aussitôt, apparut sur la lande, un château magnifique, et, devant le château un jardin romantique dont les arbres portaient autant de fruits délicieux que de fleurs, et de fleurs que de feuilles, et d'où émanait un parfum suave, qu'on respirait jusqu'à la fontaine.

Le château magique disparut comme il était apparu, en un clin d'œil, mais pour le jardin, à la prière de Viviane, Merlin le conserva, et ils l'appelèrent le Jardin de joie, car ce fut là qu'ils s'aimèrent pour la première fois.

Les légendes associées à ce lieu sont nombreuses. Outre la rencontre de Merlin et de Viviane c'est là qu'eut lieu le combat opposant Yvain au Chevalier Noir. Là que Blaise l'ermite mit son protégé en garde contre les sortilèges de la fée.

On dit que l'eau de la fontaine de Barenton permet de déclencher la pluie, de guérir les meaux d'amour ou les maladies mentales.

Déjà connue au Moyen-Âge pour ses innombrables vertus, c'est au-dessus d'elle que se penchaient les devins et les sorcières les nuits d'orage où son eau "bout à froid", que des chapelets de bulles montent à sa surface exhalant ses fragrances de connivence et ses parfums d'attirance.

Hotié de Viviane :



L'hotié ou maison de Viviane est situé près du Val sans Retour. On le découvre en s'enfonçant dans les sous-bois, sur une charmante colline. Appelé aussi "Tombeau des Druides", c'est un mégalithe datant d'environ 2500 av. J.-C. De nombreuses fouilles y ont été faites et ont permis la trouvaille de nombreux objets anciens comme une hache polie en dolérite, des tessons de poteries, des éléments en silex, des pointes et des bijoux rudimentaires.
Brocéliande reste en grande partie une forêt privée. L'étang du Pas du Houx, le plus étendu de la forêt.

Le Pont du Secret :



Pont du secret (Plélan-le-Grand au sud de la forêt) sur un affluent de l'Aff. La légende nous dit que le roi Arthur, au faîte de sa gloire, choisit Guenièvre pour épouse. Il envoie Lancelot du Lac, son meilleur chevalier, escorter la jeune femme au travers de la forêt de Brocéliande, jusqu'à son château de Camelot où seront célébrées les noces. Ils chevauchent côte à côte, et, franchissant le Pont du Secret, Guenièvre demande à Lancelot : «Seigneur qui est ta Dame ?» Lancelot lui répond en rougissant: «Mais c'est vous, ma Reine, et pour l'éternité...






Musée de la sorcellerie
(Berry)


Le musée est super ! 


Tout d'abord il faut dire que dans toutes les provinces de France il y a eut des histoires de sorciers.
Le Berry n'est pas spécifique de ce coté là.
Le caractère des berrichons, plutot renfermé vivant repliés sur eux mêmes et méfiants envers "l'étranger" a fait perdurer plus longtemps ici le mythe de la sorcellerie.
Il n'est pas de civilisation dans le monde où la sorcellerie n'ait existé ou existe encore. Elle offre une forme de réponse aux questions du mal, de la maladie et de la mort. La sorcellerie fut citée dès l'Antiquité et est représentée dans la mythologie par le personnage de Médée. Au XIIIe siècle, la montée des hérésies rendit la sorcellerie potentiellement plus dangereuse, et c'est seulement de cette époque, et surtout à partir du XIVe siècle, que date la persécution des sorciers. Celle-ci a laissé jusqu'à nos jours des traces dans l'imaginaire collectif. La composante sexuelle est nettement présente dans la fantasmagorie liée à la sorcellerie occidentale, c'est pour ça que les sorcières sont beaucoup plus nombreuses que les sorciers, et qu'elles sont censées avoir des rapports sexuels avec le démon, qu'elles rencontreraient lors des "sabbats".


En Berry, des pratiques de sorcellerie subsistent très tard, comme au Moyen age, dans certains villages isolés des grandes routes et du progrès technique.
Le paysan du Berry, comme celui des autres régions reculées, est volontiers crédule et superstitieux.
Ingénument, mais avec une bonne foi indéniable, il se croit capable de pactiser avec "les forces occultes" pour le meilleur comme pour le pire, les uns se considérant comme initiés aux maléfices, les autres doués pour "lever les sorts".
Les théories occultistes traditionnelles distinguent la magie blanche, qui se veut bienveillante, et la magie noire ou sorcellerie, qui cherche à nuire à autrui.

Le Berry pays sorcier, terre noyée dans la brume qui enveloppe les haies vives, stagne au creux des chemins du bocage et dont les ombres ont alimenté longtemps les frayeurs paysannes. La région, peut-être pas plus superstitieuse que les autres terroirs de France, s'est autrefois distinguée par de retentissants procès en sorcellerie.
Les créatures typiques de la contrée sont les facétieuses birettes (spectres en chemise) ou le dangereux meneur de loups.
Sorciers, ils empoisonnaient le bétail. " Birettes ", elles portaient une peau de sanglier ou de loup sur les épaules et hantaient les campagnes.
Meneurs de loups, ils conduisaient des meutes et les faisaient danser au clair de lune. Avec son cortège de superstitions et d'événements inexpliqués, la sorcellerie faisait partie de la vie quotidienne berrichonne.
On peut encore trouver, chez les aïeux de quelques fermes ou villages reculés, des histoires de mauvais oeil, de troupeaux décimés mystérieusement, ou des voisins mal intentionnés.
Mais c'est surtout l'oeuvre de George Sand, notamment avec le roman "La mare au diable", qui a popularisé l'image d'un Berry "sorcier" en décrivant les moeurs inquiétantes de sa "Vallée noire".

De nos jours, de bouches à oreilles on se communique les bonnes adresses de guérisseurs ou guérisseuses, rebouteux, barreur de mal, spécialistes des brûlures, des eczémas... Même si la science ne peut expliquer comment des guérisons se produisent, les faits sont là. Ces personnes ont un don, ça n'en fait pas pour autant de vilains sorciers.